The dinosaur mum

novembre 26, 2014

I have four children aged 10 to 20. The eldest will soon be graduating from college after having studied almost all his life in the US, and joining a well-known Silicon Valley company as a developer. The youngest is schooled in one of the most traditional catholic schools of the XVIth arrondissement in Paris, and her dress code confines her to only wearing navy blue and grey. The two children in between are a mix of the two extremes.

Apart from some genetic material, my children have another thing in common: they treat me like a dinosaur when it comes to technology. Glued all day long to their iPhones and air thin computers, their attitude towards me and technology ranges from condescendence to “helping the elderly”, or even openly ridiculing some of my attempts to use hot new websites.

I am fine with that. They were born with the Internet, I come from the Ice Age. While my ten year-old raises eyebrows when I tell her she is lucky to have a cell phone that she has the luxury of never using, I can hardly admit that as a very young child, we did not have a phone at home. In case of emergency, which it better not be, we would go to a phone booth. When the State eventually pulled a phone line up to the remote rural area where I was growing up (in response to one of Valéry Giscard d’Estaing’s election promises), it was connected to a rotary phone. telephoneBeyond renting the device, calling was so expensive that my mum developed a stratagem with my worrisome grandmother. When getting back home from a long drive, my mum would call her at a fixed hour, let the phone ring three times and hang up. It meant we were safe. A fourth time and my grandmother would pick up to check on us, which also meant that the phone bill would start running. Oh and by the way! Another dinosaur thing: there was no phone plan at the time, you paid by the minute.

Years later, as I entered the job market in the early 1990s in Japan, computers were everywhere in offices but rarer at home. As a young graduate from a business school, there was no way I could decently ask for training as I was supposed to be totally operational computer-wise, which I was not. At all. I learned on my own which led me to seriously inextricable situations. I remember having inadvertently hit the unfamiliar “Insert” button on the keyboard: it took me days to exit that inferno until I hit the devil button again in the same fortuitous way and came back to a more comfortable typing setup.

aerogrammeCommunication-wise, while in Japan, I made a huge leap back to the late 1970s. Considering calls costed 18 francs a minute (3 of today’s euros, not discounting 20 years of inflation), there was no way I could call my family to give news. So I wrote aerograms, those thin war-time pieces of foldable paper in which the letter and envelope are one and the same. They were cheap, but not quick to travel. A single exchange of letters would take two weeks altogether, provided each recipient responded right away. That is how I started a long correspondence with my grandmother (the anxious one) and experienced the immense pleasure of receiving personal hand-written letters that were not letters of condolence.

As I moved back to France in the mid-1990s, I saw entire working populations decimated by computers. Some never managed to use a mouse properly, others could not navigate in a spreadsheet with arrows. I remember once checking the work of a colleague who owned a BMW and a castle (that’s how he introduced himself). As I looked over his shoulder and asked why he was writing a memo in a spreadsheet and not on Word, he replied in the most incredulous way: “How do you know that?”

Twenty years of working in the financial industry later, technology has recasted the world many more times. Secretaries have become assistants, they do not type letters any more, hierarchy has been flattened, tablets are common at the office. I have used tens of different softwares even though the office suite remains my bread and butter. I could not take my son’s job – I don’t build technology, I try to make the best use of it – but I am totally wired. I use MOOCs and watch tutorials – including the 114 four-to-thirteen-minute sessions of VBA programming on YouTube, even though I must confess having gone through only half of them – and I do not intend to stop evolving, despite my children’s patronizing attitude. I am not an extinct dinosaur, but a most adaptable Darwinian creature.

Even though I have been using computers since before they were born, it is still by observing newbies that I learn the most. Every year, when the summer brings its new load of young graduates, I must admit to piggybacking on whatever new they bring from school. That’s how I stay in the loop and still manage, once in a while, to impress my own children.

About freezing one’s eggs

novembre 6, 2014

As a mother of four, I was quite surprised by Facebook and Apple’s decision to support women in the freezing of their eggs. After more than twenty years working in the hectic and stressful financial industry, I am so thankful to have my children every day as they help me, as we say in French, « put the church in the middle of the village ».

Checking homework, praising their good marks – on good days only -, cooking and comforting them is such a relief at the end of a distressing day that I suddenly forget everything from work, which makes getting back to it the next day much easier.

In the long run, I believe managing both a professional and a family life forms more balanced individuals than if we were to sequence our lives as Facebook and Apple seem to be proposing. And don’t companies run better with well balanced employees ? If I were Facebook or Apple, I would rather help my employees find a partner – outside the company – than delay a much-wanted family life!

Lori Gerber est charismatique. Elle n’a pas préparé de document powerpoint mais la structuration de sa présentation orale ne laisse aucun doute sur le fonctionnement de son cerveau : claire et convaincante, elle aborde tous les aspects de la question, y compris les quelques désagréments, avant même que son auditoire les évoque. Lori Gerber, la quarantaine énergique, parle une heure et demie sans le moindre bafouillement, en glissant régulièrement de l’humour et des petites notes personnelles pour retenir l’attention de son public. Lori n’est pas un haut potentiel dans une entreprise de Wall Street mais une mère de famille engagée pour recruter de nouveaux membres dans le mouvement scout de la communauté Larchmont/Mamaroneck, NY.

En cette chaude journée du mois de juin, une trentaine de mères et de petites filles se sont retrouvées dans un réfectoire d’école primaire pour s’enquérir du programme de Girl Scouts. La tradition est forte dans cette banlieue aisée du nord de New York, comme d’ailleurs dans le reste du pays qui compte près de 10 millions de scouts. La communauté de Larchmont/Mamaroneck, forte de 20000 habitants, ne comptait pas moins de 577 girl scouts l’année scolaire passée répartie dans 45 troupes. Les troupes elle-mêmes sont réunies en councils au nombre de 103 sur le territoire des États-Unis. Celui qui regroupe la communauté de Larchmont/Mamaroneck réunit 34000 fillettes. Un recrutement intense par le biais des écoles primaires permet un maillage serré de l’association qui suit les préceptes dictés par Baden Powell.

L’association des Girl Scouts Of America est née en 1912 en écho au courant d’origine anglaise. La loi des Girl Scouts précise le but de l’association:
I will do my best to be (je ferai de mon mieux pour être)
Honest and fair, (honnête et juste)
Friendly and helpful, (pour aider les autres et être leur amie)
Considerate and caring, (pour être prévenante)
Courageous and strong, and (courageuse et forte et)
Responsible for what I say and do, (responsable de mes actes et de mes paroles)
And to
respect myself and others, (Je ferai de mon mieux pour respecter les autres et moi-même),
respect authority, (respecter l’autorité)
use resources wisely, (utiliser les ressources avec sagesse)
make the world a better place, and (rendre le monde meilleur et)
be a sister to every Girl Scout. (être une soeur pour toute autre Girl Scout)

Les troupes regroupent dix à douze enfants conduites par une mère ou une tante volontaire pour participer à une multitude d’activités au sein de leur communauté et pour faire de ces petites filles des citoyennes actives, courageuses et entreprenantes. Le maître-mot est l' »empowerment » (terme difficile à traduire mais qui contient l’idée de prise en main et d’autonomie), que les petites filles retrouveront plus tard dans tous les mouvements féministes du pays : c’est en agissant, en prenant des initiatives et en partant en reconnaissance (to scout) que ces enfants deviendront des adultes responsables, qu’elles apprendront à prendre des décisions et à agir en leaders.

Les activités proposées aux enfants – à des âges où l’on n’attend pas forcément d’elles des initiatives – sont nombreuses: travaux manuels, récolte de dons en nourriture ou de vêtements usés, marche dans les parades, livraison de gâteaux aux policiers, pompiers et autres serviteurs des citoyens, attentions particulières aux anciens combattants. La liste est longue et toute candidate à la direction d’une troupe se voit proposer un livre détaillant les activités que pourront faire les chères têtes blondes et brunes en cas se manque d’inspiration..

On connait le côté militaire de l’association. Daisy, Brownie, Junior, Cadette, Senior et Ambassador : les fillettes passeront par pas moins de six stades pour atteindre le grade le plus élevé des Girls Scouts, celui que l’on affiche sur les dossiers de sélection d’université et sur les CV. A chaque étape, elles recevront les écussons témoignant de leurs réalisations et de leur engagement envers l’association. Le serment que les fillette apprennent et récitent, la main droite levée, les trois doigt du milieu en l’air, dans chacune des réunions, achève de compléter la vision militaire du groupe:« On my honor I will try to serve God and my country to help people at all times and to live by the Girl Scout law. » Le monothéisme de l’association a été contesté en 1992 devant les tribunaux et les enfants athées ont obtenu de l’association le droit de substituer le mot Dieu par ce qu’elles souhaitent, mais c’est toujours la première version qui leur est proposée au départ.

Mais on connait moins le côté mercantile de l’association. Si les Girl Scouts se sont imposées dans le paysage américain, c’est aussi parce qu’elles organisent pas moins de trois levées de fonds par an. A l’automne, les membres de l’organisation vendent des magazines et des bonbons. L’hiver, elles sollicitent leurs parents et au printemps, elles ratissent le pays en vendant les gâteaux les plus célèbres de ce côté de l’Atlantique. En porte à porte, aux voisins, aux familles, dans les entreprises, elles vendent plus de 200 millions de boîtes par an dans une course effreinée au nombre de boîtes vendues, qui se solde par des prix divers aux enfants ou à leurs troupes. En 2008, Jennifer Sharpe, une jeune fille de quinze ans, a ainsi vendu 17 328 boîtes de gâteaux dans le Michigan ! Les troupes gardent 10 à 15% du prix de vente des boîtes ($3.50 ou $4), tandis que l’association empoche environ la moitié du prix en bénéfice. C’est ainsi que les Girl Scouts génèrent près de $400 millions de revenus pour l’association tous les ans… Rien d’étonnant quand on sait que l’association emploie et paie plus de 400 employés dans son bureau de New York et entretient un réseau de 9500 personnes rémunérées dans le reste du pays…

Le mois de juin est radieux dans le Nord-Est. Les rayons de soleil encore légèrement obliques diffusent une lumière qui se brise dans la végétation luxuriante, les jardins finissent de fleurir, les enfants jouent dans les jets d’eau et des odeurs de barbecue se relaient à l’arrière des jardins. Tandis que les enfants scolarisés au CNED célèbrent la fin des devoirs en jetant leurs cours à la poubelle, les parents s’installent pour deux semaines de tennis intense devant leur téléviseur à l’occasion de Roland Garros puis, cette année, aubaine parmi les aubaines, pour la coupe du monde de football. Mais le mois de juin marque aussi la haute saison des « graduations », ou « cérémonies d’obtention de diplôme ».

Le bachelier en France se voit envoyer par la poste, au mois de juillet alors que les villes se sont déjà vidées pour les vacances, le précieux diplôme attestant de la fin de sa scolarité secondaire. Il savoure seul l’obtention du fameux papier. Au même âge, l’écolier américain qui sort de terminale sans diplôme – parce que la scolarité n’y est pas sanctionnée par un examen -, aura pourtant déjà assisté à pas moins de quatre « graduations », soit une à la fin de chaque cycle (nursery school, primary, middle school et high school). Au cours de chaque cérémonie, le rituel est immuable. Les filles sont en robe, les garçons en pantalon de toile à pinces et raie sur le côté. Les parents, grands-parents, frères et sœurs, eux aussi sur leur trente-et-un, ont été invités. Tous sont là pour célébrer, à l’unisson, le rejeton.

Il y a quelques années, à la réunion de parents d’élèves entrant en first grade, équivalent du CP, l’institutrice demanda aux parents à quoi servait l’école, rappelant au passage qu’il est utile de se reposer régulièrement la question. Les mains se sont levées pour évoquer, sans surprise, la nécessité d’avoir une tête bien pleine ou pour voir dans l’école une occasion unique de socialisation. Je m’aventurai en évoquant l’importance de former le sens critique des enfants, une déformation, ma foi, un peu trop française. Nous étions tous à côté de la plaque : l’école est là pour construire la confiance en soi, « build self-confidence »…

La graduation party est une étape essentielle dans le building de la self-confidence. L’enfant y est célébré, choyé et encensé pour tout ce qu’il aura réalisé ou pas réalisé pendant le cycle. Car toute graduation a un et un seul but : mettre en valeur l’enfant et lui faire sentir combien il est un être important. N’importe que ses notes aient été mauvaises ou son comportement répréhensible ou ses efforts scolaires inexistants ou qu’il n’y ait pas de diplôme à la clé, il finit un cycle (que quasiment tous les enfants achèvent…) et c’est ce qui compte. Celebrate and build self-confidence…

Avant d’être pratiquée à l’école, la graduation a vu le jour aux Etats-Unis au sein des colleges et universités qui célèbrent en grande pompe la remise des diplômes. Le rite quasi initiatique lâche le jeune diplômé dans le monde du travail et soude pour une dernière fois une communauté de futurs anciens élèves qui seront dans leur vie professionnellle et d’adultes très sollicités par leur Alma Mater. Le célèbre Radio City Hall de New York accueille ainsi tous les ans des légions de jeune diplômés des universités de New York à l’étroit dans leurs locaux. Vêtus de leur toge et coiffés de leur chapeau carré à pompon (« mortar »), les diplômés s’étendent le jour de leur graduation sur des blocs et des blocs aux alentours, pour le plus grand plaisir des touristes.

Les universités françaises, avares de récompenses et de compliments – à l’image des parents français, mea culpa – comprennent pourtant peu à peu les bienfaits de la graduation. Une promotion soudée c’est un sentiment d’appartenance à une communauté, un réseau qui s’aide dans la recherche d’emploi et à terme des étudiants plus généreux avec leur université. Tandis que les grandes écoles ont ajouté récemment la toge et le chapeau à leurs graduations, la Sorbonne a rétabli en 2006 une cérémonie de remise des diplômes solennelle, paraît-elle inspirée d’une ordonnance royale de 1762…

Les droits accordés au jeune adulte américain à mesure qu’il entre dans l’âge des responsabilités rendent l’Européen perplexe. Assez mûr pour conduire à seize ans, on lui accorde le droit de décider qui va le représenter politiquement à dix-huit ans mais la loi estime qu’il n’a pas la maturité nécessaire pour boire de l’alcool avant vingt-et-un ans…

Les responsables de l’école franco-américaine que mes enfants fréquentent ont multiplié les campagnes de prévention contre l’alcool auprès d’adolescents toujours à la recherche de nouveautés, si possible nocives. Les résultats sont mitigés. Un incident au Nouvel An et plus récemment un quasi coma éthylique dans une soirée de troisièmes leur a fait déclencher l’alerte rouge. Puisque les enfants répondent variablement – et c’est un euphémisme pour certains – à la prévention et au risque médical, attaquons-nous à l’autre source du mal, les parents. Et comment mieux faire réagir les parents si ce n’est par… la peur.

Le processus d’intimidation a commencé il y a quelques semaines. Parents et enfants ont reçu injonction de se rendre à une réunion d’information. L’école, privée, compte peu de rebelles : nous étions tous à la réunion cette semaine… Un panel de spécialistes avait été convié : un policier, un D.A. (district attorney ou procureur) et une consultante en toxicologie. Chacun dans son genre a tenté d’impressionner les parents avec la menace qui fonctionne le mieux aux Etats-Unis, celle du procès.

Prenons un exemple pas si inconcevable : votre « under-aged » ado organise une soirée où circule de l’alcool et une cascade d’événements se déclenche : un parent alerté vous dénonce à la police, la police vient vous chercher, elle vous menotte et vous emmène au poste. Le D.A. vous prévient: un procès, c’est un minimum de $100,000 qui partent en frais d’avocat pour vous défendre au pénal. Le policier ajoute sa touche : une fois menotté au poste de police, vous serez photographié de face et de profil et les photos infamantes seront diffusées dans la presse locale… La consultante en toxicologie conclut : il ne vous reste plus qu’à déménager, fissa, ou à instaurer sur le champ des règles que votre ado devra suivre. Et de suggérer: l’appel systématique aux parents de l’ado chez qui votre enfant prétend se rendre pour vérifier leur présence, le strict couvre-feu – où les parents prennent bien soin de mettre leur réveil la nuit pour vérifier que l’heure est respectée -, l’interdiction pure et simple des soirées en cas de doute, etc.

Les réactions dans la salle étaient très contrastées, traduisant de profondes différences culturelles. Tandis que les parents américains mesuraient toutes les conséquences d’un procès, les Français s’offusquaient de la dénonciation, puis du brocardage du « criminel » dans la presse, même locale. Les Etats-Unis ne voient pas de contradiction dans le fait qu’un jeune de dix-huit ans soit assez âgé pour aller se faire tuer en Irak ou en Afghanistan, mais pas assez pour boire un verre de bière. A côté de ça, la France arbore une attitude incroyablement complaisante quand il s’agit de droit et d’interdiction. Après tout, les lois sont faites pour être ignorées. Alors, chacun voit midi à sa porte ?

Pragmatiques et riches d’un héritage culturel mixte, les enfants ont au final bien mieux réagi que les parents, écartelés entre, les uns, leur trop grande permissivité, et les autres leur tentation permanente d’interdire par peur des conséquences légales de la contravention. Craignant que l’alcool ne remette en question leurs soirées du samedi, ils ont vite abondé dans le sens d’une charte où les parents s’engageraient à mieux surveiller leurs enfants, charte qui semble avoir tranquillisé les deux camps.

L’expérience de l’alcool est une leçon d’humilité pour l’immigrant aux Etats-Unis. Une intégration en apparence facile nous fait vite oublier combien nous, Européens, sommes parfois bien étrangers aux concepts de droit et de transgression, et aux principes d’éducation qui régissent ce côté de l’Atlantique.

Amer constat, vite évacué avec un… verre de vin !

American Girl

décembre 20, 2009

Elles s’appellent Kristie, Rebecca ou Kaya. Elles sont brunes, blondes ou rousses, les  cheveux courts ou bouclés, elles sont vêtues en hyppie, en pom pom girl ou en indienne et s’affichent dans une longue vitrine de la cinquième avenue. Des petites filles intriguées et fascinées les dévisagent en tirant sur la manche de leur maman qui invariablement les accompagne. Bienvenue chez American Girl Store, à New York.

Le magasin se dresse sur trois étages sur la cinquième avenue, coincé entre Saks et un austère bâtiment qui abrite une banque. Les fillettes poussent les portes tournantes et entrent dans le temple de la poupée de « grande ». American Girl fait oublier la Barbie sexy aux toutes petites filles pour leur faire embrasser vers sept ou huit ans une poupée de 45 cm.

En blonde ou en brune, les cheveux longs ou bouclés, les yeux bleus ou marron, la peau claire ou parsemée de tâches de rousseur, le magasin offre vingt-quatre combinaisons de poupées aux fillettes qui choissent celle qui leur ressemble – ou déjà, celle à laquelle elles aimeraient ressembler… Les minorités ethniques ne sont pas oubliées : une poupée à la peau noire côtoie une autre aux yeux bridés et une troisième à la peau mate et aux cheveux noirs de jais. Il ne manque plus qu’une poupée voilée.

Les fillettes peuvent habiller leur enfant de pied en cap et lui adjoindre une foultitudes d’accessoires en fonction de leurs intérêt ou de leurs aspirations : kayak, raquette de tennis, mobilier de princesse, appareil photo, animal de compagnie et même un stand à hot dogs… Mais le clou de la collection reste la tenue que les fillettes peuvent assortir à celle de leur poupée. Et on les voit se promener dans les rues de Manhattan, indifférentes aux regards amusés qui se posent sur ces curieuses jumelles.

Dans le magasin bondé en cette période de Noël, l’enfant peut se faire photographier avec sa poupée au studio du deuxième étage ou partager un en-cas au café du dernier étage: les poupées sont alors installées dans des chaises hautes réduites à leur taille. Le café accueille volontiers des parties d’anniversaire où alternent à la table enfants et poupées pour le plus charmant spectacle qu’il soit. L’excitation est à son comble au salon de coiffure où la poupée est juchée, en hauteur, sur un fauteuil miniature. Une armée d’employées s’affaire sur les crânes de plastique, une brosse à dents à la main en guise de brosse à cheveux, pour élaborer les coiffures les plus sophistiquées.

Mais le rêve se paye. Cher. Très cher. Et c’est là qu’entrent en scène mères et grands-mères et leurs cartes de crédit. Les mères ne sont pas moins séduites que leurs filles et réalisent à travers leur progéniture des rêves d’enfant. Les hommes ont bien les trains miniatures et les voitures…

Quant aux grands-mères, elles se dirigent plus volontiers vers les poupées historiques qui furent à l’origine de la marque. En 1986, Pleasant T. Rowland créa les poupées American Girl pour familiariser ses nièces avec l’histoire américaine. Chaque période du court passé de l’Amérique est illustré par une poupée costumée accompagnée d’un livret qui retrace la légende du personnage dans son époque. Les courtes histoires subliment les valeurs de l’Amérique puritaine : travail, courage, amitié, famille, partage, communauté, entraide, etc.

American Girl a été rachetée par Mattel en 1998, propulsant l’entreprise à l’ère du marketing. La marque n’en a pas perdu son charme et a gagné en modernité. Il y a deux ou trois ans, il fallait patiemment faire la queue pour entrer dans le saint des saints. Depuis la crise a réduit l’attente mais mamans et fillettes se laissent toujours aussi facilement griser par la magie de la boutique.

My Sister’s Keeper

décembre 16, 2009

Kate a quinze ans et une leucémie qui la dévore depuis sa toute petite enfance. Anna, sa petite sœur de onze ans, a été conçue par fécondation in vitro de façon à être génétiquement compatible avec sa soeur et à pallier ses déficiences sanguines. Dès cinq ans, Anna a régulièrement donné sang et moëlle épinière à Kate et l’a ainsi maintenue en vie, jusqu’au jour où une déficience rénale déclenche l’urgente nécessité d’une greffe. Anna refuse de donner un de ses reins et cherche, devant la justice, à obtenir son émancipation médicale. Isolé, Jesse l’aîné souffre en silence de son inexistence au sein de la famille.

Si le point de départ de My Sister’s Keeper semble tout droit sorti du Meilleur des Mondes d’Huxley ou de Never Let me Go, de Ishiguro (Anna se définit comme réservoir de pièces détachées pour sa sœur), le déroulement de l’histoire est pourtant bien ancré dans le quotidien et montre avec lucidité les conséquences de la maladie sur l’équilibre de la famille. Les parents, et notamment la mère qui a abandonné une prometteuse carrière d’avocate pour se consacrer toute entière à la guérison de sa fille, arbitrent constamment et consciemment entre le bien-être de leurs enfants : même si cela l’empêche d’avoir la vie qu’elle serait en droit d’espérer, donner un rein est pour Anna bien moins tragique que pour Kate de mourir. Quant au sort de Jesse qu’on découvre dyslexique et solitaire, il reste aux yeux de ses parents, qui n’ont que trop peu de temps à lui consacrer, encore bien plus enviable que celui de sa cadette.

Les femmes mènent la danse dans le film réalise par Nick Cassavettes, fils de John Cassavettes et de Gena Rowlands. Cameron Diaz, criante de vérité, joue Sara, la mère manipulatrice et jusqueboutiste qui lutte avec la force du désespoir pour la guérison de sa fille. Elle tord en permanence le bras au cours des choses et élabore jusqu’au dernier souffle de sa fille des solutions pour échapper à l’issue fatale. Sara sacrifie un à un les membres de sa famille pour sauver le plus fragile, sans jamais douter de ses décisions, guidée dans chacun de ses actes déraisonnés par un amour infini pour sa famille. 

Le personnage de Kate, joué par la jeune actrice Sofia Vassilieva, est plus conventionnel dans sa lutte : l’adolescente passe par les phases d’espoir, de joie, de déception, d’abattement, de colère puis de résignation face à la maladie. Enfin, Abigail Beslin campe une Anna obstinée et confirme, dans un rôle plus grave où elle donne l’étendue de son talent d’adolescente, ses débuts tonitruants avec Kit Kitteridge et Little Miss Sunshine .

Les hommes sont plus en marge de l’histoire mais chacun à sa façon fait exploser le carcan imposé par la mère : le père en s’opposant violemment à sa femme pour offrir à sa fille ce que sa mère refuse de voir comme une dernière volonté, un simple après-midi, en famille, à la plage ; le fils qu’on n’écoute et n’entend jamais, en finissant par supplier sa mère d’enfin suivre les désirs de Kate ; enfin l’avocat avide joué par Alec Baldwin qui, seul, empathique, défendra les droits d’Anna.

My Sister’s Keeper n’a connu qu’un succès mitigé à sa sortie et finit au 57ème rang du box-office américain en 2009. C’est que l’Amérique n’aime pas les sujets graves qui se terminent mal. Le film déclenche des crises de rire nerveux ou des torrents de larmes. Mais si l’intrigue du départ est tordue et peu crédible, l’histoire est, au fond, infiniment simple et belle : celle de l’amour inconditionnel entre deux parents et leurs trois enfants.